Blog

< Retour

8ème coup d’État au Burkina

Jan 25, 2022 | 0 commentaires

Entrée d’un des camps militaires objet de la mutinerie.

4 a.m. du dimanche 23 janvier 2022 à peine initiée l’Année 2022. Entre rêves, j’entends ce que j’identifie d’abord comme une perceuse de la maison voisine. Mais une fois sortie de la phase REM, et après quelques secondes à aiguiser mon oreille, je reconnais clairement, parce que je l’avais déjà entendu à plusieurs reprises, le bruit des rafales de coups de feu qui déclenchent une mutinerie militaire qui a fini par être le 8ème coup d’État en 61 ans d’“indépendance” du Burkina Faso.

La mutinerie a eu lieu dans plusieurs camps militaires à la fois, dont l’un se trouve à environ 3 kilomètres de chez nous. Le fait que les constructions, pour la plupart d’un seul niveau, rez-de-chaussée, facilite la propagation du son, a fait que la résonance des rafales nous arrive en direct, et comme si les militaires s’étaient mutinés dans le jardin de la maison.

Auto confinés, dans le plus pur style COVID, et avec une sérénité et une normalité totales, ce que je comprends peut surprendre ailleurs, et que je ne sais expliquer que par le fait d’avoir vécu ici plusieurs événements similaires, le tout sans complications majeures, nous avons passé le dimanche matin avec la musique de fond du “papapapapapapapapá, silence, papapapapapá, silence, pouuum, pouum, silence, papapapapapapá” qui allait et venait, sans avoir la confirmation de ce qui se passait, et avec des dizaines de rumeurs à ce sujet.

Victoire des Etalons et accès aux quarts de finale de la CAN 2022

Un peu avant 16 heures, la magie de ce pays a repris forme, et une fois de plus il a été confirmé que le Burkina est fascinant et qu’il a quelque chose de spécial, quand, littéralement, le bruit des rafales de coups de feu a cédé la place à celui des vuvuzelas, annonçant le match de huitième de finale directe des Étalons (l’équipe nationale burkinabé) de la CAN (Coupe d’Afrique des Nations 2022).

Après un Twitter du Président, qui n’avait pas montré de signes de vie depuis le début de la mutinerie, dans lequel il encourageait l’équipe nationale, une ville “morte” depuis l’aube, s’est animée, et de quelle manière !, pendant les trois heures que le match a duré (avec le temps additionnel et les tirs au but) et, après une victoire angoissante des Etalons (dont le penalty de la victoire a été lancé par l’un des garçons bénéficiaires au moment du projet d’entraînement sportif de notre chère FAR), nous sommes retournés aux rafales, et nous nous sommes endormis avec elles, sans déclaration officielle sur la situation du pays … Mais, ceci aitant dit, avec un nouveau Twitter du Président félicitant l’équipe nationale pour la victoire et avec deux communiqués, l’un établissant un couvre-feu de 20h à 5h30 du matin et l’autre informant de la fermeture des écoles pour lundi 24 et mardi 25.

Communiqué officiel sur la RTB (Radio Télévision du Burkina Faso) du « Mouvement Patriotique de Sauvegarde et de Restauration »

La journée de lundi s’est déroulée légèrement différente. Sans “musique” en arrière-plan, au-delà de celle que chacun a voulu mettre, et alors que dans le WhatsApp et dans le courrier nous est parvenue une succession de messages de soutien et d’affection de beaucoup d’entre vous qui liront ce post, d’ici mes remerciements une fois de plus, la confusion de ce qui se passait est allée “in crescendo” depuis tôt le matin. Annoncé dans la plupart des médias nationaux et internationaux la confirmation d’un coup d’État, la réalité a été très différente tout au long de la journée, avec un haut degré de désarroi en raison de l’absence de déclaration officielle et de nouvelles rumeurs qui ne présageaient rien de bon …

Mais au final, peu avant 18 heures, une nouvelle rafale de coups de feu solitaire a annoncé le communiqué officiel dans lequel le MPSR, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration, dirigé par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, prétendait avoir mis fin au mandat du président Roch Marc Christian Kaboré, suspendre la Constitution, dissoudre le Gouvernement et l’Assemblée nationale, la fermeture des frontières aériennes et terrestres et un nouveau couvre-feu, de 21h à 5h du matin.

Manifestations de joie et de soutien au MPSR ce matin

Ainsi s’achève un peu plus de 6 ans de gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré (décembre 2015-janvier 2022), dont le prédécesseur, Michel Kafandó, a dirigé un gouvernement de transition d’un an avec un autre coup d’État manqué inclus, après l’expulsion de Blaise Compaoré après 27 ans au pouvoir.

Coïncidant hier, le 24 janvier, avec la fête de Notre-Dame de la Paix, et convaincue que tout est pour le bien, hier soir, je me suis couchée avec la certitude qu’aujourd’hui commençait une nouvelle étape pour ce merveilleux pays d’hommes et de femmes, en particulier de femmes, avec une capacité fascinante de résilience et une force et un désir d’aller de l’avant exemplaires.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso, le pays des gens intègres !