Panique !!!

Panique !!!

Il y a quelques jours, la nouvelle d’une attaque terroriste présumée dans une école d’un quartier voisin de Rimkieta a semé la panique parmi les parents des enfants de nos projets. Parents de tous les enfants, à l’exception des enfants du projet « Formation et réinsertion des enfants de la rue »

15 ans à Rimkieta !

15 ans à Rimkieta !

En ce décembre 2019, nous avons fêté les 15 premières années de présence de la FAR à Rimkieta. Et nous l’avons célébré au sommet avec tout le personnel et leurs familles (près de 200 personnes): une belle messed’ action de grâce, dans laquelle vous étiez tous très présents, suivie d’un repas, qui s’est terminé par une danse spontanée dans laquelle, pardonnez-moi l’expression , mais je ne peux pas penser à plus graphique que “nous avons tout donné”

Conséquences de l’insécurité croissante au Burkina

Conséquences de l’insécurité croissante au Burkina

Les conséquences de l’insécurité croissante au Burkina, avec des attaques terroristes quotidiennes, deviennent très graves. Aux plus de 2 000 écoles fermées qui ont laissé dans la rue près de 400 000 élèves et sans emploi à plus de 9 000 enseignants, s’ajoutent...
Sauvées des mutilations génitales féminines !

Sauvées des mutilations génitales féminines !

Lorsque nous avons conçu l’un des nouveaux projets de cette année, la campagne de sensibilisation contre les MGF (mutilation génitale féminine), une pratique interdite et pénalisée au Burkina Faso depuis 1986 mais qui est malheureusement encore très active, aucun d’entre nous ne pouvait rêver l’impact que, moins de 48 heures après l’avoir effectuée, elle a déjà eu, et qui me tient assise en face de l’ordinateur avec un sourire.

Femme, monnaie de change au Burkina

Femme, monnaie de change au Burkina

Nous sommes dans l’agitation de la remise des bourses d’études scolaires et universitaires de cette nouvelle année scolaire. Vous pouvez imaginer l’atmosphère qui y est respirée, beaucoup d’agitation, avec un ordre méticuleux, mais ambiance agitée. Visages de joie et de satisfaction, chez les mères, sur les enfants eux-mêmes qui sont les bénéficiaires de la bourse, et bien sûr, en nous qui avons l’immense privilège e pouvoir les remettre, grâce à vous tous. Mais ce matin, la raison pour laquelle l’une des mères est venue 4 jours en retard pour recevoir la bourse pour sa fille, a généré à nouveau en moi un chagrin difficile à surmonter.