8ème coup d’État au Burkina

8ème coup d’État au Burkina

4 a.m. du dimanche 23 janvier 2022 à peine initiée l’Année 2022. Entre rêves, j’entends ce que j’identifie d’abord comme une perceuse de la maison voisine. Mais une fois sortie de la phase REM, et après quelques secondes à aiguiser mon oreille, je reconnais clairement, parce que je l’avais déjà entendu à plusieurs reprises, le bruit des rafales de coups de feu qui déclenchent une mutinerie militaire qui a fini par être le 8ème coup d’État en 61 ans d’“indépendance” du Burkina Faso.

Une année sans toi (notre cher tío Pepe)

Une année sans toi (notre cher tío Pepe)

Dans quelques jours, nous entrerons dans la dernière ligne droite de 2021, une année pas du tout facile. La crise mondiale de la COVID-19, qui s’est à nouveau intensifiée dans le monde entier avec l’apparition d’une nouvelle variante apparemment résistante aux vaccins disponibles, et la chute générale prévisible des marchés boursiers, s’accompagne d’une grave situation d’insécurité au Burkina due au terrorisme qui a été “in crescendo” tout au long de l’année, et qui compte déjà des milliers de morts, civils et militaires, et près de 1 5000 000 de déplacés (7% de la population) au cours des 6 dernières années. Pourtant, les soins de tío Pepe depuis “Là-haut” ont été constants au cours de cette première année sans lui ici parmi nous.

Alphabétisation des mères : Bien plus que des chiffres et des lettres !

Alphabétisation des mères : Bien plus que des chiffres et des lettres !

“Apprendre à lire et à écrire nous permet de nous intégrer dans la société, de sortir de l’ignorance et d’améliorer notre quotidien”. C’est l’une des réponses de « l’enquête de satisfaction » de fin d’année de l’une des femmes bénéficiaires du projet “Alphabétisation des mères”, qui ne peut pas mieux résumer la grandeur de ce projet, qui est bien plus que l’enseignement des chiffres et des lettres !

Trois semaines et demie qui en ont valu la peine

Trois semaines et demie qui en ont valu la peine

“Bonjour, j’ai le regret de vous informer que la nuit dernière Amdiatou a été soudainement admise à l’hôpital et est décédé pendant la nuit. Les tests effectués ont donné un résultat positif au paludisme et, bien que les médecins ne puissent pas le confirmer, ce serait la cause du décès. Même si nous ne voulions pas qu’elle parte si tôt, elle nous a quitté sans souffrir et elle est redevenue heureuse ces dernières semaines. Repose en paix”.

Avoir de l’électricité, un luxe…

Avoir de l’électricité, un luxe…

J’avais eu quelques semaines courtes d’inspiration. Rien de troublant, un diagnostic certain : la chaleur de cette période de l’année. Mais le dimanche 16 mai a été célébrée la Journée mondiale de la Lumière, et comme par hasard, « j’ai été illuminée »