Blog

< Retour

« Urgence humanitaire sans précédent », met en garde l’ONU, par JCVD

Août 29, 2019 | 0 commentaires

Non pas que nous soyons adeptes des alarmes et encore moins des gros titres… au cours de la dernière décennie nous avons préparé et envoyé des centaines de “posts” juste pour aider les Amis de Rimkieta à se faire une idée de ce qu’il en est là-bas … Nous n’avons jamais eu recours à d’autres titres, sauf peut-être quand, en septembre 2009, il y a dix ans, ces averses avaient laissé plus de 300 000 personnes en pleine intempérie seulement à Ouagadadougou la capitale. Maintenant, l’ONU nous annonce une situation limite alimentaire pour 700 000 personnes au Burkina…

Déplacés à l’intérieur du Burkina par des attaques terroristes dans la région du Sahel. Photo: abc24.ma

Une salle de classe dans l’une des écoles de Rimkieta où nous accordons des bourses aux enfants

Le PAM (Programme alimentaire mondial) de l’ONU affirme que le Burkina Faso souffre et va aggraver un déficit alimentaire et nutritionnel qui, dû à des circonstances différentes, affectera gravement 700 000 personnes des 19 millions que l’on estime vivent dans le pays. Le fait que 4% d’un pays africain va avoir faim ne semble pas être un gros titre … Ce qui se passe, c’est qu’il faut savoir interpréter ce que 4% signifie là-bas et ce que cette « faim » voudra dire.

La catastrophe de 2009 dont j’ai parlé ci-dessus, laissait sans école (sans-abri, biens…) des dizaines d’enfants de Rimkieta et nous nous sommes décidés à aller de l’avant avec un projet de Bourses Scolaires qui rendent aujourd’hui possible l’étude chaque année de 500 enfants et jeunes depuis l’âge de 6 ans jusqu’à ce qu’ils terminent leur carrière universitaire pour ceux qui y arrivent … Nous avons déjà 15 étudiants universitaires et l’une d’entre elles est sur le point d’obtenir sa maîtrise en ingénierie agricole pour commencer sa licence et master…

Maintenant, l’ONU dit que 700 000 Burkinabés vont avoir faim. Faim, faim, au Burkina, il est sûr que de des millions de citoyens en souffrent chaque année, car avec un revenu national par personne d’à peine plus de 1.000 euros par an, sans infrastructure de distribution et de stockage des moyens de travail agricole datant du siècle dernier … des conditions météorologiques extrêmes et maintenant le terrorisme hebdomadaire partout … vous ne pouvez pas vous attendre à autre chose. Ainsi, les fonctionnaires de l’ONU devraient passer une période dans ces contrées avant d’annoncer quelque chose qui n’a rien d’un gros titre. Aussi, c’est que la « faim » là-bas est une grande, grande famine … Parce que pour des millions de personnes, il s’agira de passer d’un “repas” par à jour à zéro repas, et si c’est le cas une collation un jour sur deux ou au pire tous les trois jours …

Le Banque de céréales de la FAR

Robert, responsable de la banque de céréales, enregistre chaque vente avec une grande rigueur et un contrôle professionnel.

La FAR, comme vous le savez, a un projet que nous appelons la Banque de Céréales qui, depuis son lancement en 2005 jusqu’en décembre 2018, a facilité à un prix social (ce qui en particulier en revient à une réduction d’environ 10% sur le prix du marché à chaque instant) pour les femmes les plus démunies de Rimkieta et de Zongo, environ 1,6 million de « rations » ou d’alimentation quotidienne d’une personne à base de maïs. C’est-à-dire plus de 100 000 repas par an. Cela signifie qu’avec un fonds compris entre 20.000 et 30.000 euros et avec seulement quelques pertes annuelles, tout compris, entre 2.000 et 4.000 euros, environ 350 rations par jour ont été fournies fondamentalement sur la base de talonner l’achat (y compris des essais multiples d’apprentissage de notre part qui ne se sont pas toujours bien passés…) et une grande rigueur et un contrôle dans tout le processus de gestion de la Banque de Céréales.

Ce qui nous concerne, la FAR, ce n’est pas le Burkina, mais seulement Rimkieta, environ 100000 habitants, dont la grande majorité est en effet très pauvre parce qu’il continue à être un quartier marginal d’accueil de tant et tant d’expulsés auparavant par le déplacement permanent du désert du Sahel vers le sud, aujourd’hui, malheureusement, aussi par le terrorisme d’AQMI et de Boko-Haram…

L’ONU dit qu’avec 35 millions de dollars, soit environ 30 millions d’euros, ils s’arrangent d’ici décembre… Je ne sais pas comment ils vont le faire, mais avec 6 millions d’euros par mois, soit environ 200.000 euros par jour, je pense que moi-même je pourrais les arranger et il m’en resterait un peu …  

Rien de tel que l’initiative privée bien contrôlée par l’autorité publique, selon pour quoi…

Continuons!